mardi 29 mars 2022

16:37

LEGISLATIVES 2022: Nous voulons de nouvelles règles politiques basées sur la clause de compétence (HAKIM)

La source: Kataeb.org

Le membre du bureau politique du parti Kataëb, Alain Hakim, a dénoncé l’incurie du gouvernement à tous les niveaux, estimant que le renouvellement du parlement paverait la voie à un changement dans la gouvernance du pays.

« Le budget actuel est un « copier-coller » des précédents budgets et le gouvernement n’a aucun plan de relance. Même s’ils arrivent à élaborer un plan, son contenu et sa mise en œuvre resteront stériles. Ce budget est-il à la hauteur des défis du Liban d'aujourd'hui ? Même si nous prenons le meilleur plan du monde et que nous tentons de le mettre en œuvre, il échouera inévitablement en présence de cette classe dirigeante. D’où la nécessité que de nouveaux élus rejoignent l’hémicycle afin qu’ils contribuent à la reforme de la procédure législative et de la gouvernance de l’Etat », a déclaré Hakim lors d’une interview accordée à « VDL 24 », la nouvelle chaîne de télévision en streaming de la « Voix du Liban, 100.5 FM ».

« Le ministère de l’économie tout comme le reste des ministères souffrent d’un manque de moyens et de ressources. Il y a aussi de nombreux problèmes d’ordre organisationnel et législatif qui contribuent à réduire leur productivité. Nous ne voulons pas d’excuses, nous voulons des actions et des tentatives pour résoudre la crise. Aujourd’hui, par exemple, le gouvernement est absent et le citoyen est seul sans soutien. La mauvaise foi dans la prise de décision nous a conduits au bord de l’abîme, et le défaut de paiement du Liban sur sa dette a provoqué le grand effondrement du pays. Jusqu’à présent, il n’y a pas de dialogue entre le gouvernement et ses créanciers » a précisé Hakim, ancien ministre de l'Économie et du Commerce du gouvernement de Tammam Salam (2014-2016).

Hakim a accusé l’Etat libanais et le Hezbollah d’être responsables de l’effondrement du Liban.

« La mafia qui contrôle le destin des Libanais jouit de la protection des armes, tout comme les armes protègent la mafia qui fonctionne sur un modèle d’économie parallèle basée sur la contrebande et l’argent liquide, et bénéficiant d’une couverture de la milice. L’absence du principe de souveraineté au sein du gouvernement, du parlement et de la présidence de la république nous a entraînés dans des crises à répétition », a souligné Hakim.

Et de poursuivre : « En tant que forces pro-changement, nous voulons de nouvelles règles dans la vie politique basées sur la clause de compétence, que ce soit dans le processus législatif ou dans le processus exécutif, et ces règles seront instaurées après les élections législatives. L'optimisme est de mise grâce aux élections législatives et le combat contre cette classe dirigeante s’exercera de l’intérieur du pouvoir. La présence iranienne au Moyen-Orient semble être tolérée par les puissances régionales, et la restructuration de l’économie iranienne s’opère au détriment de l’économie libanaise, victime d’une destruction volontaire et systématique de sa structure. »

« Les élections auront lieu le 15 mai, personne n’acceptera la prorogation du mandat du Parlement. La classe dirigeante tente de minimiser la portée des législatives qui, selon elle, n’aboutiraient pas au changement. Le changement est à venir, les générations futures y contribueront », a conclu Hakim.