mercredi 3 novembre 2021

16:24

Communiqué du bureau politique du Parti Kataëb - 03/11/2021

La source: Kataeb.org

Le bureau politique des Kataëb a tenu sa réunion hebdomadaire au siège du parti à Saifi sous la présidence du vice-président du parti, Georges Jreige. Dans un communiqué, les participants ont dénoncé les propos du ministre de l'Information, Georges Cordahi, concernant la guerre au Yémen et l'implication dans le conflit des pays du Golfe.

« Les raisons de la crise diplomatique entre le Liban et les pays du Golfe ne se résument pas qu’aux positions du ministre Cordahi, mais aussi aux compromis et aux concessions de la classe dirigeante, inféodée au Hezbollah. Ce dernier a ainsi intronisé son allié (à comprendre Michel Aoun) à la présidence de la république, imposé ses exigences aux gouvernements successifs entièrement sous son contrôle, et concocté une loi électorale, taillée sur mesure, afin d’obtenir, avec ses alliés, la majorité au parlement », souligne le communiqué.

Et d’ajouter : « En contrôlant les décisions prises par le gouvernement, le Hezbollah impose son agenda politique à l’ensemble de la nation : l’isolement du Liban sur la scène arabe et internationale, l’éloignement du Liban de ses « pays amis » et le changement de l’identité historique du pays. Objectif : utiliser le Liban comme monnaie d’échange dans les pourparlers. Comment un pays qui respecte sa souveraineté peut-il autoriser la présence d'une milice qui se livre à des batailles hors des frontières, en Syrie, au Yémen et ailleurs ? Une milice qui établit des branches armées dans les pays du monde, pour réaliser les intérêts de son parrain régional, l'Iran, poussant le peuple libanais à émigrer et menaçant l’avenir de la population en diaspora. »

Le bureau politique des Kataëb a dénoncé la mainmise du Hezbollah sur le pays, refusant l’idée d’une inféodation au parti d’Hassan Nasrallah.

« La tenue des élections législatives sous contrôle internationale est nécessaire pour mettre fin au diktat de l’alliance de la mafia et de la milice, pour que le Liban recouvre son indépendance politique et sa souveraineté, et pour garantir une transition politique pacifique. Les tergiversations sur la loi électorale, les querelles politiques, et les recours en révision ne feront que compromettre la tenue du scrutin », poursuit le communiqué.

Le parti Kataëb a appelé les Libanais et la population en diaspora à voter en faveur de candidats patriotes, souverains, compétents et capables de présenter une alternative sérieuse à l’édification d’un nouveau Liban.

« Le bureau politique des Kataëb appelle tous les Libanais de la diaspora à s’inscrire sur les listes électorales avant le 20 novembre 2021 afin de favoriser le taux de participation aux élections, et ainsi paver la voie au changement », note le communiqué.

Le bureau politique des Kataëb a enfin dénoncé les arrestations « sélectives » dans le cadre de l’enquête sur les incidents armés qui ont secoué la région de Tayouneh – Aïn el-remmaneh, à la mi-octobre.

« Ces arrestations ne visent que les victimes, des habitants de Aïn el-Remmaneh qui ne faisaient que défendre leur région et leurs maisons. L’indulgence à l’égard des agresseurs est flagrante. Le parti Kataëb appelle le juge Fadi Sawan à mener une enquête équitable et transparente et à rendre son verdict dans les plus brefs délais », conclut le communiqué.