mercredi 4 mai 2022

00:12

LÉGISLATIVES 2022: Notre avenir se trouve à la croisée des chemins. Aux urnes citoyens pour un vote sanction ! (Gemayel)

La source: Kataeb.org

La caravane électorale des Kataëb a fait escale ce mardi à Aïn Zebdeh, pour rencontrer les électeurs de cette localité située dans l’ouest de la Bekaa. Dans un discours à l’occasion d’un rassemblement organisé à la permanence des Kataëb - Békaa-Ouest/Rachaya, le chef du parti, Samy Gemayel, a exprimé sa solidarité avec les habitants de cette région en contrebas du flanc Est du Mont-Liban.

« Nous sommes venus vous rencontrer pour vous exprimer nos sentiments distingués et la solidité de notre engagement total à vos côtés dans cette période difficile que traverse le Liban. Certains d’entre vous s’estiment être les délaissés et les oubliés du pouvoir central, à Beyrouth, étant donné la grande distance qui sépare votre région de la capitale. Détrompez-vous ! car vous faites partie intégrante de nos préoccupations quotidiennes. Soyez assurés que nous vous portons dans nos coeurs », a déclaré Gemayel.

Et de poursuivre: « Beaucoup se demandent pourquoi et comment le Liban en est arrivé là ? Pourquoi est-il toujours divisé ? Pourquoi ne progresse-t’il pas ? Pourquoi ne se développe-t’il pas ? La réponse est simple: en réalité, ils ont érigé des barrières psychologiques entre les Libanais. Regardons notre prochain en se demandant d’abord s’il s’agit ou non d’un citoyen libanais qui nous ressemble par ses idéaux, ensuite, s’il milite ou non pour les mêmes  causes qui nous animent, et enfin si l’on partage ou non la même vision pour le Liban. »

Le chef des Kataëb a appelé les électeurs de cette région multiconfessionnelle à surmonter leurs divisions et à mettre l’intérêt national au-dessus de toute autre considération. « Afin d’édifier une nation prospère où les citoyens jouissent des pleins droits civiques, afin de bâtir un pays à notre image, un pays souverain, libre et indépendant… Pour ce faire, les jeunes issus de toutes les régions libanaises, du Nord au Sud, de la Bekaa au Akkar, en passant par Batroun et Tripoli, doivent dissiper les malentendus et les préjugés du passé », a affirmé Gemayel.

Il a ensuite posé une série de questions aux électeurs: « Sommes-nous aujourd’hui, en 2022,  capables de nous unir, comme ce fut le cas lors de la révolution du 17 octobre 2019, pour considérer les armes en dehors du contrôle de l’Etat comme étant une menace à la nation ? Ceux qui ont anéanti les finances publiques, conduit le pays à la faillite et voler notre argent comme étant nos adversaires ? Sommes-nous prêts à considérer ceux qui nous empêcheront de bâtir un avenir décent à nos enfants comme étant nos adversaires ? Sommes-nous d’accord pour dire que les Libanais sont unis malgré les tentatives de les diviser, d’exacerber les tensions confessionnelles et ainsi tribaliser la société ? Allons-nous accepter cette situation ou nous unir pour les contraindre à rendre des comptes ? Nous aurons une réponse à toutes ces questions le 15 mai prochain. »

Gemayel s’est ensuite interrogé sur les raisons poussant certains électeurs à voter pour les candidats de la classe dirigeante, ceux-mêmes qui ont fait des compromis aux détriments des intérêts des Libanais, élu Michel Aoun président de la république, transformé le gouvernement et ses institutions en « épicerie » et marchandé sur des postes ministériels.

« Notre avenir se trouve à la croisée des chemins, et les bulletins de vote qui seront déposés dans les urnes dessineront les perspectives des quatre prochaines années. Votez « juste ». Votez pour ceux qui n’ont pas fait de compromis et qui n’en feront pas. Votez pour ceux qui souhaitent vous protéger, c’est le cas de Guitta Ojeil et de tous ses colistiers qui lutteront au Parlement en faveur de la souveraineté du Liban et des droits fondamentaux des Libanais », a conclu Gemayel.